Eugénie CAPS

fondatrice des Spiritaines

jpg_Eugenie---1-e1507750727362.jpg

Eugènie CAPS

jpg_1921_france.jpg

FARSCHWILLER : la maison où est née

la Congrégation.

Eugénie CAPS, la fondatrice

et Elise MULLER, la compagne

des débuts

Eugénie Caps, la fondatrice

 

La Congrégation des Sœurs Missionnaires du Saint-Esprit a été fondée le 6 janvier 1921, fête de l’Epiphanie, à Farschwiller en Lorraine, par Eugénie Caps et ses deux compagnes, Elise Muller et Lucie Lay.

Eugénie Caps est née le 3 juin 1892 à Loudrefing, Province de France en Lorraine, dans le diocèse de Metz. Elle a grandi dans une famille chrétienne. Très tôt, elle est attirée par la consécration religieuse pour la Mission, surtout vers les populations d’Afrique. Elle groupe autour d’elle, quelques-unes de ses amies qui ont le même désir de devenir missionnaires.

En 1915, au cours de son action de grâce, après la communion, Eugénie Caps entend l’appel de Jésus à fonder une nouvelle œuvre de Sœurs Missionnaires.

La nouveauté était la naissance d’une congrégation féminine uniquement missionnaire et non pas à extension missionnaire, qui existait déjà à l’époque. Eugénie, elle, avait reçu un appel clair à fonder une Congrégation spécifiquement missionnaire.

Après la Première Guerre Mondiale, Eugénie se met donc en relation avec les Pères du Saint-Esprit de Neufgrange, en Lorraine,  pour concrétiser le projet de fondation voulu par Dieu. Elle rencontre ainsi Mgr Le Roy, le Supérieur général des Spiritains de l’époque.

Mgr Le Roy cherchait justement des religieuses pour remplacer les sœurs allemandes, qui avaient dû quitter les Missions du Cameroun et de l’Est-Africain. La proposition d’Eugénie Caps arrive à point nommé !

Elle apparaît comme providentielle. Surtout que peu près, d’autres jeunes filles de différents points de France, et très rapidement d’autres pays voisins, s’offraient pour le même but : servir les Missions.

Le 20 octobre 1920, à Paris, Eugénie et une de ses amies rencontrent Mgr Le Roy. Ils s’entendent sur le but et le nom de cette nouvelle Congrégation : un Institut exclusivement missionnaire, appelé Sœurs Missionnaires du Saint-Esprit, sous le vocable du Cœur Immaculé de Marie. La visite se termine par un pèlerinage à Notre-Dame des Victoires, source de toutes les grandes initiatives religieuses et missionnaires d’alors.

Très vite, le projet de fondation est accueilli avec empressement par le Pape Benoît XV. Dès le 22 mars 1923, La Congrégation obtient son érection canonique de Rome.

Le 5 octobre 1924, les premières 25 spiritaines s’engagent. Le mois suivant, un groupe part pour la Martinique, un autre pour le Cameroun et un troisième pour la Suisse.

La Congrégation est née du souffle de l’Esprit-Saint, qui à travers la docilité de cette jeune, Eugénie, a pu donner naissance à l’inattendu.