Les fondateurs spiritains

Le 7 mai 1703, jour de la Pentecôte,

Claude-François POULLART DES PLACES (1679-1709), un jeune étudiant de 25 ans, créé à Paris une petite communauté consacrée au Saint-Esprit sous la protection de la bienheureuse Vierge Marie.

Son but est de former des prêtres au service des missions les plus délaissées. Composée à ses débuts de 12 étudiants, la communauté en compte 72, six ans plus tard, à la mort précoce de son fondateur.

poullart_des_places.jpg

En 1841

Le Père François LIBERMANN (1802-1852), juif converti, avec deux condisciples Frédéric LEVAVASSEUR et Eugène TISSERANT, créoles des îles Bourbon et de Saint-Domingue, et quelques autres, fondent la Société du Saint-Cœur de Marie pour porter l’Evangile aux populations d’Afrique noire et des Iles. Cette visée missionnaire s’inscrit dans le contexte de campagnes nationales pour l’abolition de l’esclavage – laquelle sera votée par l’Assemblée en 1848 – l’objectif étant de conférer une dignité aux populations encore esclaves ou récemment libérés de l’esclavage, et de leur ouvrir les voies de l’émancipation.

libermann.webp

en 1921

Eugénie Caps née le 3 juin 1892 à Loudrefing, village de Lorraine, fonde un Institut spécifiquement missionnaire. Les évènements de la vie ne permettront pas à Eugénie de partir en Afrique.

E_Caps_J.jpeg